Piercing au septum, réconciliation avec moi-même

Pour une fois, j’avais envie de faire autre chose qu’une « simple » revue de produit sur le blog. J’avais envie de vous parler de quelque chose d’actuel et personnel à la fois, qui se répercute directement sur l’image que les gens ont de moi. Et bizarrement, je ne ressens pas le besoin de me justifier, mais bel et bien de me livrer.

La semaine dernière, complètement sur un coup de tête, je me suis fait percée le septum. Oui, l’anneau de vache, l’anneau « emogoth » (lolol) qu’encore beaucoup de gens ont du mal à apprécier aujourd’hui. Un des piercings les moins aimés, on ne va pas se le cacher.

Étant fan de « métal japonais » –Visual Kei pour les connaisseurs- pendant une très grande partie de mon adolescence, je n’ai jamais eu de problème avec les personnes aux looks atypiques, différents. Au contraire, c’était un véritable plaisir que de cultiver un style unique et si spécial. Aujourd’hui objectivement, je ne trouve pas ça très beau du haut de mes 23 ans mais c’est quelque chose que j’assumerai toute ma vie, et que je revendiquerai même. J’étais différente, on n’a pas souvent été tendre avec moi et c’est pourtant ce qui fait que je suis ce que je suis aujourd’hui.
– passons du moment ultra solennel aux big photos dossiers.-

throwback

Il n’y a pas de mode d’emploi de la vie, et il y a pourtant une expression qui me parle énormément : À force de vouloir rentrer dans un moule, on en devient tarte. 

Je ne me suis jamais considérée comme rebelle puisque j’ai toujours essayé d’être polie et de ne causer de problème à personne. Je n’ai jamais été en dépression ou malheureuse à cette époque. C’est simplement un style, une culture, un mode de vie que j’appréciais plus que tout et dans lequel je m’épanouissais ; et j’ai encore du mal à comprendre pourquoi justement, c’est si difficile à comprendre.
J’ai l’impression que les toutes jeunes seront plus à même de me comprendre que ma propre génération ou  celle d’au dessus puisqu’à en voir la mode actuelle, les creepers, les chokers et le allblack sont tendances. Allez faire avaler ça 7-10 ans en arrière.

Tout ça pour dire qu’après la Terminale, j’avais adopté un look beaucoup plus soft. Probablement -très certainement- influencée par la K-Pop so 2010. J’avais désespérément envie d’un style plus cute et féminin, au final j’étais souvent maladroite dans mes choix car c’est quelque chose qui était tout sauf naturel chez moi. J’étais incollable sur toutes les marques underground jap’ et compagnie, mais impossible de trouver une petite robe sympa. J’avais l’impression d’être un mensonge sur pattes. D’être une tarte. Pourtant, j’étais poussée par une certaine volonté d’être à nouveau acceptée par la société, comme quand j’étais petite, toute petite. L’adolescence ? Ce passé honteux que je n’assumais pas.

Je me rends compte que j’ai fini par y arriver, et même par apprécier réellement les trucs de filles. Je serais incapable de dire à partir de quand, mais sûrement dès que j’ai commencé à avoir des amourettes et à vouloir plaire. Tout ça nous pousse jusqu’à aujourd’hui, où je vis clairement dans mon petit monde de princesse… Une princesse percée, du coup.

À 13 ans je m’épanouissais dans le Visual Kei, à 23 ans je m’épanouis dans les cosmétiques coréens. Qu’en sera t-il à 33 ans ? Peu importe, c’est un chemin qui m’a drôlement apporté, et j’aimerai dire à la moi du passé qu’elle a eu raison d’être un peu (beaucoup) entêtée et déterminée, car j’en suis très fière aujourd’hui.

Au final, c’est parce que l’une de mes meilleures amies (que j’ai rencontré à l’époque justement) part à l’étranger pendant un an et vient de se faire percer la narine, que je me suis dis « allez, tout le squad le fait ! » Tout mon entourage était plutôt « Non » ou « Narine, à la limite » (mon chéri y compris), mais le septum… Oh damn. C’est pourtant celui qui m’attirait le plus, alors pourquoi continuer d’en parler ? Ce n’est pas un morceau de métal qui allait changer à ce que je suis, non ?

Alors je l’ai fait. Et vous savez quoi ? J’ai l’impression de m’être réconciliée avec la Margaux adolescente, qui me regarde avec un petit sourire en coin qui voudrait dire « Il t’en aura fallu du temps« . Je me sens comblée. Encore plus moi-même, et plus heureuse que jamais.

hand-in-hand

Sur Twitter, vous avez été nombreuses à m’avoir dit énormément de gentilles choses à l’arrivée de ce piercing, même quand vous n’étiez pas spécialement pour – ça m’a énormément touché. J’ai de la chance de tous vous avoir. Vous, votre gentillesse et votre ouverture d’esprit, vous, derrière vos écrans : Je vous chéris si fort.

Rien n’a changé. Je suis toujours la même. Regardons au delà des apparences et rendons le monde meilleur.septum

sign

57 Comments
Previous Post
Next Post